267 Rte de Jarcieu 26210 Lapeyrouse Mornay

06-71-62-61-95

 

La Voie de la Présence


Le chemin

de l'Unité

 

 Chamane Séréna Martinez-Crémasco a croisé plusieurs maîtres de traditions  orales multiculturelles et multidimensionnelles, et a vécu de nombreuses initiations.                                                                 
 Dès son plus jeune âge, un sens aigu de l’observation mettait en elle des évidences sur les aberrations du non-respect de la vie de l’humain. Elle en percevait la déviance, et cela l’éloignait des critères sociétaux dit «  normaux » d’un monde oublieux des lois de la vie.
       C’est plus tard, à 19 ans,  lors de la grave maladie de son enfant, que des manifestations concrètes de mémoires chamaniques se présentèrent, ainsi que la présence de Marie, Mère Universelle. Elle suivit dans son existence cette profonde réalité en elle, qui la soutenait et lui donnait un sens. Ainsi, elle se positionnait, disait ce qu’il y avait à dire, ne se résignait en rien dans un monde médical formaté. Elle imposait, implacable, la vivance d’un sens régi par le mystère. Loin de toutes pratiques religieuses habituelles, elle ne pouvait absolument pas comprendre ce à quoi elle répondait. Elle voyait, entendait, et cela  l’amenait à penser que tout le monde était pareil. Quelle erreur ! Toujours sur le grill de l’impensable  pour autrui, de manifestations en confirmations, les années qui suivirent furent celles de l’apprentissage de la solitude et du silence, car comment parler d’un monde que la plupart ne perçoivent pas ? Elle fit connaissance avec la morsure du doute.                                                                                                                        
       Son enfant guéri, elle eut deux années de répit, mais son autre fils devint un grand épileptique, et cela pendant 33 ans. Elle dit d’ailleurs qu’à cette période, la pratique du chant qu’elle exerçait depuis toujours lui sauva la vie, et la richesse de cette voie l’amena jusqu’à devenir professionnelle. Ce fut pour elle un plaisir d’un autre ordre et une ouverture à l’expression profonde de la voie libre d’Être. Ce qu’elle ne pouvait dire, elle pouvait le laisser libre dans le souffle de son chant.  Elle avait pris la route de son corps, afin de ne plus souffrir. Elle allégea ainsi sa souffrance en prenant soin davantage de sa respiration profonde, de son inspire et expire en conscience, et ainsi, sans le savoir vraiment, elle se préparait à de profonds changements : ne dit-on pas que le Maître arrive lorsque l’élève est prêt ? 
 
        La rencontre avec Luis Ansa, avec qui elle passa 14 années de sa vie, lui permit de participer activement à de multiples expériences sensitives dans la reliance du corps et de l’esprit, de la matière et de la spiritualité.  La confiance et la gratuité de l’amour inconditionnel qu’il lui apportait, la richesse des connaissances acquises peu à peu dans l’intimité d’elle-même, l’invitèrent ensuite à trouver le courage d’oser suivre sa propre voie et d’honorer ainsi sa légitimé.
 
        Pendant des années, elle fit de multiples rencontres : Sri Aurobindo, Mère Mira Alfassa, Rumi, Sananda Yeshua, Marie, Marie-Madeleine, les béguines, les Pachamamas, et le Chamanisme .Tous lui révélèrent des aspects fondamentaux, des approches différentes de la puissance de l’Amour. Chaque fois, c’est par elle-même qu’elle apprenait, par ce qui résonnait dans le sentir de son corps. Elle apprit ainsi que celui-ci est une réplique exacte de l’Univers, et que les cellules sont les sièges des mémoires du Vivant. 
  
        Elle vécut de nombreuses initiations auprès de ces grands Maîtres de traditions différentes. 
Elle est très proche d’un Chamanisme de la lignée hispanique,  car elle porte en elle le message du Vivant sans cesse renouvelé. La reliance dans la  profondeur du corps  et de l’esprit, et la découverte d’un langage sensitif lui révélèrent  les secrets de son Âme et bien plus encore. La réalité de l’Unité en elle mit en évidence que la dualité, dans l’humain, c’est la première chose à guérir:   c’est l’amour blessé. C’est cela la maladie. 
        Elle rencontra le Féminin oublié au plus profond d’elle-même, bien loin de la déviance des artifices, et comprit que les véritables changements de l’humanité seront, dans la femme comme dans l'homme, de par cette véritable union du masculin noble et du féminin sacré, la suprême révélation du joyau de la vie.                             Elle put ainsi, au fil  des années, laisser vivre sa  voix, celle d’une femme debout. 
 
       La vie lui a apporté les grands gongs, car les sons, les harmonies et les vibrations de vos corps n’ont aucun secret pour elle. C’est par la lecture spécifique dans les 5 corps : physique, éthérique, émotionnel, mental et causal,  et en œuvrant jusqu’au cœur de la cellule, qu'elle va pouvoir inviter la vie à être remise à l’endroit là où elle était simplement inversée. Ceux-ci,  lunaires et solaires, puissants et subtils,  produisent une large gamme de fréquences multidimensionnelles.  Leurs sons et vibrations vont débloquer les mémoires des déséquilibres et de dualité, qui encombrent intérieurement l’individu au travers de l’arbre généalogique dans son histoire, pour céder la place à un profond rééquilibrage.         
        Les fréquences sonores sont cosmiques, spirituelles, très complexes, et agissent jusqu’au microcosme cellulaire, sur l’eau des cellules, en l’harmonisant, en permettant à la mitochondrie de constituer une réserve énergétique afin de retrouver son équilibre.
                                                                                                                
        Hors du mental ordinaire réducteur, les sons et leurs vibrations créent un état de vide qui, bien au-delà de la méditation, permet l’accès à une conscience éveillée de notre nature Divine.                                                                                                                     
        Elle rassembla en elle la pratique musicale ancrée dans le corps dans l’appel profond du chamanisme. Laisser vivre sa voix, se laisser chanter pour accueillir le corps enchanté. 
  
                              
                           Ainsi est née La voie de la présence. 
.        
        Hors des repères habituels et des formatages, c’est l’Unité, dans un éternel voyage de guérisons et de libérations qui conduit à  la liberté.  C’est ensemble avec son époux qu’ils construisent ce nouveau monde .            C’est une invitation à vivre autrement dans une conscience élargie et éveillée hors du monde réducteur des croyances de la pensée ordinaire.
        Être acteur de sa vie et de ses transformations, quitter les mécanismes des enfermements créés par la souffrance et la peur sont une nécessité. La relation à soi et  aux autres, le positionnement juste dans le respect de tous les espaces de notre vie en dépendent. Le champ des possibles est à la portée de tous. 
De par son enseignement, elle aborde tous les plans de l’existence. La spiritualité y est donc ancrée dans l’ordinaire du quotidien. 
        Elle met à la portée de tous le fruit de son travail qui se renouvelle sans cesse, dans l’accueil de la sensation du Vivant, et l’urgence de cesser la guerre en soi afin d’y célébrer la paix, le divin.  
        Ces études sont une éducation à un art de vivre afin d'y faire émerger le Vivant en vous et dans tous les espaces de votre vie.  Pour apprendre, il faut d’abord désapprendre. L’enseignement n’est pas uniquement intellectuel, mais une invitation, par des pratiques simples, à vivre dans la reliance de l’Unité du corps et de l’esprit. 
        C’est une étude qui demande un réel engagement en soi, pour soi et non pour continuer la route des désirs éternellement insatisfaits de l’égo. C’est un choix. La présence régulière dans les ateliers permet un profond travail dans le corps, loin des multiples pratiques illusoires qui ne satisfont et ne nourrissent que les croyances aveugles, sans pour autant savoir vivre le présent. C’est l’impeccabilité  d’un parcours et non la croyance d’un parcours, dans un chemin de transformations et de libérations multiples : quitter les peurs,  pour vivre l’aventure la plus secrète de la reliance du corps et de l’esprit. 
 
 
                                                                                                             
 
 
                             Proposition de Chamane Séréna
 
          Atelier de groupe, enseignement  Oral en dynamique, avec pratique dans le corps, assisté par les sons et vibrations des grands gongs
 
            Rencontre individuelle

 Chamane Séréna Martinez-Crémasco a croisé plusieurs maîtres de traditions  orales multiculturelles et multidimensionnelles, et a vécu de nombreuses initiations.                                                                 

 Dès son plus jeune âge, un sens aigu de l’observation mettait en elle des évidences sur les aberrations du non-respect de la vie de l’humain. Elle en percevait la déviance, et cela l’éloignait des critères sociétaux dit «  normaux » d’un monde oublieux des lois de la vie.

       C’est plus tard, à 19 ans,  lors de la grave maladie de son enfant, que des manifestations concrètes de mémoires chamaniques se présentèrent, ainsi que la présence de Marie, Mère Universelle. Elle suivit dans son existence cette profonde réalité en elle, qui la soutenait et lui donnait un sens. Ainsi, elle se positionnait, disait ce qu’il y avait à dire, ne se résignait en rien dans un monde médical formaté. Elle imposait, implacable, la vivance d’un sens régi par le mystère. Loin de toutes pratiques religieuses habituelles, elle ne pouvait absolument pas comprendre ce à quoi elle répondait. Elle voyait, entendait, et cela  l’amenait à penser que tout le monde était pareil. Quelle erreur ! Toujours sur le grill de l’impensable  pour autrui, de manifestations en confirmations, les années qui suivirent furent celles de l’apprentissage de la solitude et du silence, car comment parler d’un monde que la plupart ne perçoivent pas ? Elle fit connaissance avec la morsure du doute.                                                                                                                        

       Son enfant guéri, elle eut deux années de répit, mais son autre fils devint un grand épileptique, et cela pendant 33 ans. Elle dit d’ailleurs qu’à cette période, la pratique du chant qu’elle exerçait depuis toujours lui sauva la vie, et la richesse de cette voie l’amena jusqu’à devenir professionnelle. Ce fut pour elle un plaisir d’un autre ordre et une ouverture à l’expression profonde de la voie libre d’Être. Ce qu’elle ne pouvait dire, elle pouvait le laisser libre dans le souffle de son chant.  Elle avait pris la route de son corps, afin de ne plus souffrir. Elle allégea ainsi sa souffrance en prenant soin davantage de sa respiration profonde, de son inspire et expire en conscience, et ainsi, sans le savoir vraiment, elle se préparait à de profonds changements : ne dit-on pas que le Maître arrive lorsque l’élève est prêt ? 

 

        La rencontre avec Luis Ansa, avec qui elle passa 14 années de sa vie, lui permit de participer activement à de multiples expériences sensitives dans la reliance du corps et de l’esprit, de la matière et de la spiritualité.  La confiance et la gratuité de l’amour inconditionnel qu’il lui apportait, la richesse des connaissances acquises peu à peu dans l’intimité d’elle-même, l’invitèrent ensuite à trouver le courage d’oser suivre sa propre voie et d’honorer ainsi sa légitimé.

 

        Pendant des années, elle fit de multiples rencontres : Sri Aurobindo, Mère Mira Alfassa, Rumi, Sananda Yeshua, Marie, Marie-Madeleine, les béguines, les Pachamamas, et le Chamanisme .Tous lui révélèrent des aspects fondamentaux, des approches différentes de la puissance de l’Amour. Chaque fois, c’est par elle-même qu’elle apprenait, par ce qui résonnait dans le sentir de son corps. Elle apprit ainsi que celui-ci est une réplique exacte de l’Univers, et que les cellules sont les sièges des mémoires du Vivant. 

  
        Elle vécut de nombreuses initiations auprès de ces grands Maîtres de traditions différentes. 
Elle est très proche d’un Chamanisme de la lignée hispanique,  car elle porte en elle le message du Vivant sans cesse renouvelé. La reliance dans la  profondeur du corps  et de l’esprit, et la découverte d’un langage sensitif lui révélèrent  les secrets de son Âme et bien plus encore. La réalité de l’Unité en elle mit en évidence que la dualité, dans l’humain, c’est la première chose à guérir:   c’est l’amour blessé. C’est cela la maladie. 
        Elle rencontra le Féminin oublié au plus profond d’elle-même, bien loin de la déviance des artifices, et comprit que les véritables changements de l’humanité seront, dans la femme comme dans l'homme, de par cette véritable union du masculin noble et du féminin sacré, la suprême révélation du joyau de la vie.                            Elle put ainsi, au fil  des années, laisser vivre sa  voix, celle d’une femme debout. 

 

       La vie lui a apporté les grands gongs, car les sons, les harmonies et les vibrations de vos corps n’ont aucun secret pour elle. C’est par la lecture spécifique dans les 5 corps : physique, éthérique, émotionnel, mental et causal,  et en œuvrant jusqu’au cœur de la cellule, qu'elle va pouvoir inviter la vie à être remise à l’endroit là où elle était simplement inversée. Ceux-ci,  lunaires et solaires, puissants et subtils,  produisent une large gamme de fréquences multidimensionnelles.  Leurs sons et vibrations vont débloquer les mémoires des déséquilibres et de dualité, qui encombrent intérieurement l’individu au travers de l’arbre généalogique dans son histoire, pour céder la place à un profond rééquilibrage.         
        Les fréquences sonores sont cosmiques, spirituelles, très complexes, et agissent jusqu’au microcosme cellulaire, sur l’eau des cellules, en l’harmonisant, en permettant à la mitochondrie de constituer une réserve énergétique afin de retrouver son équilibre.

                                                                                                                
        Hors du mental ordinaire réducteur, les sons et leurs vibrations créent un état de vide qui, bien au-delà de la méditation, permet l’accès à une conscience éveillée de notre nature Divine.                                                                                                                     

        Elle rassembla en elle la pratique musicale ancrée dans le corps dans l’appel profond du chamanisme. Laisser vivre sa voix, se laisser chanter pour accueillir le corps enchanté. 
  
                              

                           Ainsi est née La voie de la présence. 

.        
        Hors des repères habituels et des formatages, c’est l’Unité, dans un éternel voyage de guérisons et de libérations qui conduit à  la liberté.  C’est ensemble avec son époux qu’ils construisent ce nouveau monde .            C’est une invitation à vivre autrement dans une conscience élargie et éveillée hors du monde réducteur des croyances de la pensée ordinaire.

        Être acteur de sa vie et de ses transformations, quitter les mécanismes des enfermements créés par la souffrance et la peur sont une nécessité. La relation à soi et  aux autres, le positionnement juste dans le respect de tous les espaces de notre vie en dépendent. Le champ des possibles est à la portée de tous. 
De par son enseignement, elle aborde tous les plans de l’existence. La spiritualité y est donc ancrée dans l’ordinaire du quotidien. 
        Elle met à la portée de tous le fruit de son travail qui se renouvelle sans cesse, dans l’accueil de la sensation du Vivant, et l’urgence de cesser la guerre en soi afin d’y célébrer la paix, le divin.  
        Ces études sont une éducation à un art de vivre afin d'y faire émerger le Vivant en vous et dans tous les espaces de votre vie.  Pour apprendre, il faut d’abord désapprendre. L’enseignement n’est pas uniquement intellectuel, mais une invitation, par des pratiques simples, à vivre dans la reliance de l’Unité du corps et de l’esprit. 
        C’est une étude qui demande un réel engagement en soi, pour soi et non pour continuer la route des désirs éternellement insatisfaits de l’égo. C’est un choix. La présence régulière dans les ateliers permet un profond travail dans le corps, loin des multiples pratiques illusoires qui ne satisfont et ne nourrissent que les croyances aveugles, sans pour autant savoir vivre le présent. C’est l’impeccabilité  d’un parcours et non la croyance d’un parcours, dans un chemin de transformations et de libérations multiples : quitter les peurs,  pour vivre l’aventure la plus secrète de la reliance du corps et de l’esprit. 

 

 

                                                                                                             

 

 

                             Proposition de Chamane Séréna

 

          Atelier de groupe, enseignement  Oral en dynamique, avec pratique dans le corps, assisté par les sons et vibrations des grands gongs

 

            Rencontre individuelle